Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La prise en charge de l'incontinence >> Les examens complémentaires
pixel vide
Les examens complémentaires

Ils sont prescrits par le généraliste ou par l’urologue.

Les analyses d’urine

En cas d’incontinence par impériosité ou mixte, elles seront réalisées de façon quasi-systématique, dès votre visite chez votre médecin généraliste ou votre gynécologue : elles permettent de détecter d’éventuelles infections urinaires, qui peuvent être une des causes ou une des conséquences des problèmes d’incontinence, ou des traces de sang dans les urines.

Le bilan uro-dynamique

Il est réalisé si une intervention chirurgicale est envisagée ou en présence d’une incontinence urinaire complexe. Il comprend une série d’examens destinés à identifier les problèmes affectant le bon fonctionnement de l’appareil urinaire. Ces examens sont un peu contraignants mais ne sont pas douloureux.

Le débit de l’urine lors de la miction est mesuré. Après mise en place de sondes dans les voies urinaires, la vessie est remplie artificiellement, afin d’estimer le moment où apparaît l’envie d’uriner. Lors de la miction, sont mesurées les pressions s’exerçant au niveau des différents muscles, au niveau de l’abdomen, de la vessie et de l’urètre.

L’échographie de la vessie

Elle permet une étude précise de la forme et de la structure de la vessie, détecte d’éventuels calculs dans les reins ou la vessie, et mesure la quantité d’urine contenue dans celle-ci : elle détecte ainsi une vidange incomplète.

La cystoscopie

Cet examen n’est effectué que dans certains cas assez rares. Il permet d’examiner la vessie et l’urètre, grâce à un petit appareil comportant un système optique, introduit dans l’urètre. L’examen dure quelques minutes et n’est pas douloureux, même s’il n’est pas très agréable ; une bonne décontraction musculaire facilite son déroulement. Dans les heures qui suivent l’examen, des sensations de brûlure, des envies fréquentes ou urgentes d’uriner, ou encore des urines teintées de sang peuvent apparaître ; ces phénomènes disparaissent rapidement. Il est conseillé de boire abondamment.
pixel vide
pixel vide