Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> L'incontinence urinaire féminine >> Comment fonctionne le système urinaire ?
pixel vide
Comment fonctionne le système urinaire ?

Les mécanismes impliqués dans son fonctionnement sont parmi les plus complexes de l’organisme : ils font intervenir des circuits nerveux conscients et inconscients, des systèmes musculaires, des mécanismes hormonaux…

Le remplissage de la vessie

Les reins filtrent en permanence le sang pour en extraire les substances inutiles à l’organisme, et produisent l’urine dans laquelle celles-ci sont dissoutes. L’urine est transportée vers la vessie par l’intermédiaire de deux canaux, appelés uretères, qui se contractent toutes les 30 secondes. La vessie se remplit progressivement, les trois muscles qui l’entourent se distendant au fur et à mesure, de façon à augmenter sa contenance. L’organisme fabrique en moyenne un litre et demi d’urine par 24 heures.

La taille de la vessie peut varier d’une personne à l’autre ; elle peut contenir en moyenne 500 millilitres d’urine (vessie pleine). A vide, elle mesure environ 6 centimètres de long sur 5 centimètres de large ; elle peut doubler de volume lorsqu’elle est pleine.

L’envie d’uriner se fait sentir quand la pression à l’intérieur de la vessie atteint un certain seuil, soit quand elle contient environ 300 millilitres d’urine ; l’envie devient impérieuse (sensation d’urgence) à partir de 400 millilitres, mais il est encore possible de se retenir.

L’évacuation de l’urine depuis la vessie se fait par l’intermédiaire d’un canal appelé urètre. Lorsque le fonctionnement de l’appareil urinaire est normal, l’urine est retenue dans la vessie grâce à l’action de muscles appelés sphincters, situés autour de l’urètre et comprimant celui-ci : le sphincter lisse, situé près de la vessie, est contracté de façon inconsciente par l’intermédiaire d’influx nerveux transmis au cerveau par des capteurs situés dans la paroi de la vessie ; le sphincter strié, situé au niveau des muscles du plancher pelvien (périnée), est contracté volontairement lorsque le besoin d’uriner se fait sentir mais que l’on désire se retenir.

La miction

La miction (acte d’uriner) est déclenchée de façon volontaire par le cerveau. Les muscles entourant la vessie se contractent pour évacuer l’urine, et les muscles des sphincters se relâchent pour permettre son passage par l’urètre. Après la miction, la quantité d’urine restant dans la vessie (résidu post-mictionnel) est inférieure à 10 millilitres. Le délai minimal entre deux mictions est de 15 minutes.

Pendant la journée, l’eau bue est éliminée en général dans les quatre heures suivant son ingestion. La nuit, la sécrétion d’une hormone spécifique entraîne une concentration plus élevée de l’urine ; l’envie d’uriner après une prise de boisson n’apparaît alors qu’au bout de 6 à 7 heures. Lorsque le système urinaire fonctionne normalement, nous urinons environ 7 fois par jour, et une à deux fois par nuit.
pixel vide
pixel vide

Les personnes buvant peu élimineront beaucoup plus rapidement, au bout d’une demi-heure environ, en raison de leur état de déshydratation chronique.
Avec l’avancée en âge, le volume d’urine pouvant être contenu dans la vessie diminue (300 à 400 millilitres), entraînant des mictions plus fréquentes (6 à 8 fois par 24 heures).