Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> L'Irips >> Nos autres activités >> Prévention en entreprise
pixel vide
Prévention en entreprise

En France, le taux d'emploi des 55-64 ans est de 37 %, contre près de 43 % en Finlande et 50 % au Royaume-Uni.

Les raisons de cette défaillance sont connues :
• des accidents de travail moins nombreux, mais plus graves que chez les salariés jeunes ;
• une moindre résistance aux contraintes du travail, entraînant plus de licenciements (un sur trois concerne un salarié de plus de 50 ans) ;
• une discrimination à l'embauche qui s'ajoute aux départs anticipés à la retraite ;
• et surtout, la longue maladie qui représente près d'un tiers des départs anticipés du monde du travail, et qui est due à la fois à des problèmes d'hygiène de vie et à un suivi médical précaire : plus de 40 % des salariés seniors n'ont pas de médecin traitant et ne pratiquent aucune forme de prévention en dehors de la médecine du travail.

Trois jours pour prévenir le mauvais vieillissement

Pour prévenir le « mauvais vieillissement », l'Irips propose donc aux entreprises des stages de trois jours auprès de leurs salariés âgés de 55 ans et plus. Deux médecins gériatres et deux psychologues prennent en charge un groupe d'une trentaine de personnes, pour les informer et évaluer pour chacun les facteurs de risque de dégradation de leurs santé. L'information est transmise sous la forme de mini-conférences interactives par groupes de huit.

Informer sur les aspects psychologiques et médicaux

Sur le plan psychologique sont abordés les thèmes du travail (place dans la vie de l'individu...), de la cinquantaine (nouvelle période de la vie, retentissements au travail et dans la vie privée...), de l'anxiété et du stress (prévention du surmenage).

Sur le plan médical, on s'intéressera aux facteurs de risques cardiovasculaires (alcool, tabac...), à la ménopause et à l'andropause (surveillance de la prostate), à la nutrition (alimentation et activité physique).

Evaluer les facteurs de risque

L'évaluation passe par des bilans de prévention individuels et pluridisciplinaires. Un compte rendu est envoyé à chaque bénéficiaire, qui pourra le remettre à son médecin traitant. En cas d'anomalie majeure, un contact sera pris directement par l'Irips avec le médecin traitant. Sauf demande expresse de la personne, aucune information ne sera transmise à la médecine du travail.

Cette démarche peut être prolongée dans le cadre de suivis psychologiques (aide au sevrage tabagique ou ateliers relaxation, par exemple) ou d'ateliers diététiques (alcool, cholestérol et diabète).

Une démarche volontaire

Réalisée dans un strict respect du secret professionnel, cette intervention de l'Irips en entreprise s'adresse à des volontaires âgés de 55 à 65 ans, et pourra être précédée d'un bilan avec examens paracliniques dans les centres d'examens de santé de la Sécurité sociale. L'opération peut se dérouler dans les locaux de l'Irips à Marseille, ou dans un autre local, au sein ou non de l'entreprise.
pixel vide
pixel vide

En Europe, le vieillissement des populations et la baisse de la fécondité rendent nécessaires, sinon l'allongement de la durée de vie professionnelle, du moins le maintien des salariés âgés dans leur emploi. Les Quinze se sont ainsi fixé à Stockholm en 2001 l'objectif de faire passer d'ici 2010 le taux d'emploi des travailleurs âgés de l'Union européenne de 38 % à 50 %.