Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> L’aide sociale, juridique et financière >> Fiches d'orientation >> Les aides aux repas
pixel vide
Les aides aux repas

Cliquez ici pour télécharger une version imprimable de la fiche d'orientation.

Je n’ai pas la force ou l’envie de préparer tous mes repas :
mon conjoint est hospitalisé et j’ai besoin d’une aide temporaire pour les repas ;
je vis en couple, mon conjoint ne m’aide pas et je n’ai plus la force de tout préparer ;
je vis seul et je n’arrive plus à assumer la préparation de tous les repas ;
je me nourris mal, et je m’inquiète des conséquences pour ma santé et mon autonomie.

Selon mon état de santé, la disponibilité de mon entourage et les services existants dans ma commune, je peux utiliser et combiner différentes aides.
» pour vérifier l’existence de ces services dans ma commune, les modalités de leur mise en œuvre et les aides financières, je contacte le Centre communal d’action sociale (CCAS) de la mairie de mon lieu de résidence, le CLIC dont je dépend (s’il existe) ou une association d'aide à domicile.
» sur les aides financières à l’emploi d’une aide à domicile et à la livraison des courses, voir la fiche Je suis moins autonome : les aides possibles.
» en cas de difficultés particulières, je peux m’adresser au délégué régional à l’action sociale de ma caisse de retraite complémentaire principale (où j’ai cotisé le plus grand nombre de trimestres) pour obtenir une aide financière temporaire.

Comment me faire aider pour les repas ?

une aide à domicile peut m’aider à préparer les repas et à manger si j’ai des difficultés.

Comment me faire aider pour les courses ?

Je me fais aider par mes proches

je fais les courses de proximité avec un de mes enfants, un ami, un voisin.
je me rends en grande surface avec un proche disposant d’une voiture.

Je me fais aider par une aide à domicile

les services demandés doivent rester dans des limites « raisonnables » : les courses sont faites à proximité du domicile, leur poids ne doit pas être excessif.
j’avance l’argent nécessaire pour payer les courses, dont le montant ne doit pas être trop élevé ; l’aide à domicile me ramène la monnaie et les tickets de caisse.
si j’emploie directement une aide à domicile, elle ne doit pas utiliser son véhicule car elle n’est pas assurée en cas d’accident.
si l’aide à domicile est employée par une structure d’aide à domicile, celle-ci définit les modalités de l’aide aux courses : elle peut autoriser l’utilisation d’un véhicule, mais je vérifie d’abord auprès d’elle qu’une assurance spécifique a été souscrite en cas d’accident.

J’ai recours à un service d’accompagnement

outre les taxis et les ambulances, il existe parfois des services proposant un véhicule et une personne pour la conduite et l’accompagnement ; ils sont parfois assurés par des bénévoles.
s’il existe dans ma zone géographique, ce service me permet d’être accompagné lors de mes courses.

Je fais mes courses et me les fais livrer

je m’entends avec les commerçants de mon quartier pour une livraison gratuite.
je me rends en grande surface pour faire des provisions et je fais livrer mes courses à mon domicile (la livraison est souvent gratuite au-delà d’un certain montant d’achats).
» ma caisse de retraite de base (CRAM, etc.) peut participer au coût de la livraison jusqu’à 15 € par semaine, dans le cadre des plans d’action personnalisés.

Je commande mes courses et me les fais livrer

il existe sur Internet des sites indépendants ou créés par les grandes chaînes de distribution, qui permettent de commander et de se faire livrer à domicile ; les tarifs sont plus élevés que dans les magasins classiques.
» si vous n’avez pas accès à Internet ou ne maîtrisez pas bien son utilisation, faites-vous aider par vos enfants ou vos amis.

Comment me faire livrer des repas à domicile ?

le service de portage de repas est mis en place par certaines collectivités locales ou par des associations ; il est organisé à partir de foyers restaurant, de maisons de retraite ou d’autres structures de restauration collective.
il est prévu en principe pour des situations exceptionnelles et de courte durée, mais peut concerner les personnes ayant des difficultés durables à gérer leur alimentation ;
le service est généralement conçu pour être utilisé chaque jour ; certaines structures permettent une utilisation irrégulière ou même ponctuelle (sur demande faite à l’avance).

les repas sont livrés à domicile sous forme de plateau-repas  : conditionnés en barquettes scellées, les plats peuvent être réchauffés au bain-marie ou au four à micro-ondes.
la composition des repas est en théorie équilibrée et peut être adaptée selon mes besoins (régime pour raisons médicales, allergies alimentaires…) ;
un plat unique est parfois proposé pour un prix moins élevé : ce système peut être avantageux si je peux compléter moi-même le repas (avec une entrée, un dessert et du pain) ;
un vrai repas du soir est rarement prévu, parfois seulement sous forme de complément (potage).

la livraison se fait dans la matinée, pour le repas de midi.
la livraison n’a généralement pas lieu le week-end : les repas du week-end sont livrés avec ceux du vendredi ;
le livreur doit normalement déposer le(s) repas dans mon réfrigérateur ;
la prestation doit être assurée même si l’accès à mon domicile est difficile.

les tarifs varient selon l’organisme auquel je fais appel (de l’ordre de 8 euros par repas) ; les structures publiques calculent le tarif appliqué en fonction de mes ressources.

une aide financière peut être accordée en fonction de mes revenus et de mon degré d’autonomie (voir la fiche Je suis moins autonome : les aides possibles) :
l’aide sociale départementale si mes revenus sont inférieurs à 800 € pour une personne seule et 1 242 € pour un couple, à condition que l’organisme soit habilité et ses tarifs « raisonnables » ;
pour des revenus supérieurs, l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) pour les personnes peu autonomes ou l’aide des caisses de retraite pour les personnes autonomes (une participation financière peut être demandée selon les ressources) ;
si je suis imposable, une réduction d’impôt de 50 % m’est accordée sur les frais de portage restant à ma charge, dans la limite du montant d’impôt que je paie ; le montant des dépenses doit être reporté sur ma déclaration de revenus (case DF du cadre 7).

comment choisir un service de portage de repas, s’il en existe plusieurs dans ma commune ?
un service 7 jours sur 7, avec un vrai repas le midi et le soir ;
des repas variés à 5 composantes (entrée, plat de viande ou de poisson, garniture, fromage, dessert), avec un choix entre deux menus au moins ; pain fourni ;
des menus attractifs avec des produits de saison (fruits et légumes), de « vrais » fromages, une fréquence limitée des plats de type cantine (raviolis, quiches et autres boulettes), du poisson deux fois par semaine, le tout sous contrôle d’un diététicien (demander une grille de menus sur 20 jours).

Comment prendre certains repas à l’extérieur de mon domicile ?

s’il en existe à proximité de mon domicile, je peux prendre certains de mes repas dans un foyer restaurant (parfois seulement les repas de midi en semaine).
le fait de sortir de chez moi et de ne pas manger seul favorise mon appétit, et contribue à améliorer mon moral et ma qualité de vie ;
certaines communes organisent elles-mêmes le transport depuis le domicile ;
si mes revenus sont inférieurs au plafond de l’aide sociale (800 € pour une personne seule et 1 242 € pour un couple), le Conseil général peut prendre en charge les frais de repas au titre de l’aide sociale, totalement ou en partie.

Mise à jour : 1er avril 2015
pixel vide
pixel vide