Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> L’aide sociale, juridique et financière >> Fiches d'orientation >> Je suis moins autonome : les aides possibles
pixel vide
Je suis moins autonome : les aides possibles

Cliquez ici pour télécharger une version imprimable de la fiche d'orientation.

Comment est évaluée l’autonomie pour obtenir une aide ?

avec l’âge, on a parfois moins la force ou l’envie de faire certaines choses (ménage, préparation des repas…) : on se sent moins autonome.

pour obtenir une prise en charge de certaines dépenses, l’autonomie est évaluée selon des critères précis (grille AGGIR) par une équipe de travailleurs sociaux et de médecins.

le degré d’autonomie d’une personne est compris entre GIR 1 (perte totale d’autonomie) et GIR 6 (personne autonome).
attention ! même si je me sens moins autonome, notamment pour les déplacements, je peux être considéré comme totalement autonome selon les critères de la grille AGGIR, qui évalue les capacités à l’intérieur du domicile.
l’invalidité (handicap), définie par des critères médicaux, n’intervient pas pour les aides sociales, mais donne droit à certains autres avantages.

Comment me faire moi-même une idée de mon degré d’autonomie ?

les critères d’autonomie concernent ma capacité à effectuer les actes essentiels de la vie quotidienne, comme :
» je me lave seul
» je m’habille seul
» je me sers mes repas
» je me relève seul du lit ou du fauteuil
» je vais seul aux toilettes

si je n’arrive pas à effectuer seul au moins deux de ces actes, il y a une forte probabilité pour que je sois considéré comme peu ou pas autonome (GIR 1 à 4).

si j’arrive à effectuer seul tous ces actes (ou tous sauf un), il y a une forte probabilité pour que je sois considéré comme plutôt autonome (GIR 5 ou 6).

Quelles sont les aides qui dépendent du degré d’autonomie ?

si je suis considéré comme peu ou pas autonome (GIR 1 à 4), je peux bénéficier de l’APA.

si je suis considéré comme plutôt autonome (GIR 5 et 6) :
si mes ressources sont en dessous du plafond, je peux bénéficier de l’aide sociale du Conseil général de mon département, en particulier pour des heures d’aide ménagère.
» le plafond de l’aide sociale est de 800 € pour une personne seule et de 1 242 € pour un couple.
» je peux également bénéficier d’autres aides des caisses de retraite de base, hors aide ménagère (voir plus bas).
Voir notre dossier sur l'aide sociale départementale
si mes ressources sont au-dessus du plafond de l’aide sociale, je peux demander une aide de ma caisse de retraite de base (voir ci-dessous).

A qui m’adresser pour avoir une idée de mon degré d’autonomie et savoir vers quelle prise en charge m’orienter ?

à mon médecin généraliste (s’il a l’habitude d’utiliser la grille AGGIR), ou à mon médecin gériatre (spécialisé dans le vieillissement) ;
à un travailleur social du Centre communal d’action sociale (CCAS) de la mairie de ma commune de résidence ;
à une association ou une entreprise d’aide à domicile ;
à ma caisse de retraite de base principale (où j’ai cotisé le plus grand nombre de trimestres).

Qu’est-ce que l’APA ?

l’Allocation personnalisée à l’autonomie (APA) est versée par le Conseil général du département ; elle n’est pas récupérable sur la succession.

je peux en bénéficier quels que soient mes revenus si ma perte d’autonomie le justifie (GIR 1 à 4).

après avoir déposé la demande, un rendez-vous est fixé pour la visite de l’équipe médico-sociale chargée d’évaluer mon degré d’autonomie et d’élaborer un plan d’aide ; un membre de ma famille et/ou mon médecin peuvent être présents pour fournir le maximum d’informations sur mes difficultés.

la demande d’APA est acceptée et le plan d’aide est mis en place si l’examen du dossier entraîne un classement en GIR 1 à 4 ; sinon, je peux obtenir une aide de ma caisse de retraite de base (voir plus bas).

le montant maximal de l’aide dépend du degré d’autonomie ; son montant effectif dépend du plan d’aide mis en place et de mon éventuelle participation financière.
» celle-ci est calculée en fonction de mes ressources ; si elles sont inférieures à 739,06 € par mois, aucune participation ne m’est demandée.

l’aide, versée mensuellement, est affectée aux dépenses définies dans le plan d’aide :
salaire d’une aide à domicile ;
frais d’adaptation du logement ;
frais d’accueil temporaire ;
autres dépenses contribuant à l’autonomie : portage des repas, télé-assistance, fournitures d’hygiène, transports…

Voir notre dossier sur l'APA.

Les plans d’aide des caisses de retraite

dans le cadre de leur action sociale, les caisses de retraite de base mettent en place des plans d’aide personnalisés ; les caisses complémentaires participent à leur financement.

je peux en bénéficier si je suis plutôt autonome (GIR 5 et 6) et si mes revenus dépassent le plafond de l’aide sociale ; selon les caisses et les régions, mes revenus doivent être inférieurs à un plafond de ressources.

je dois m’adresser à ma caisse de retraite principale (où j’ai cotisé le plus longtemps) : CNAV-CARSAT (ex-CRAM) pour le régime général, MSA (régime agricole), régimes spéciaux…

après avoir déposé la demande, un rendez-vous est fixé pour la visite de l’équipe médico-sociale, en présence d’un membre de ma famille et/ou de mon médecin si je le souhaite ; un plan d’aide est élaboré en fonction des besoins détectés et des dispositifs d’aide existants dans ma zone géographique.

le plan d’aide peut comporter des heures d’aide à domicile ; une prise en charge des frais liés aux repas (portage à domicile, repas pris à l’extérieur), à la télé-assistance, à l’aménagement du logement ; des aides aux transports et aux vacances ; des ateliers de prévention ; divers conseils et recommandations, etc.

mes ressources sont prises en compte pour calculer ma participation financière, qui représente de 10 à 73 % du montant du plan d’aide.

Voir notre dossier sur les plans d'aide.

Qui peut m’aider pour les démarches ?

le CCAS (Centre communal d’action sociale) de la mairie de ma commune de résidence ;
le CLIC (Comité de liaison, d’information et de coordination), guichet d’information pour les personnes âgées, s’il en existe un dans ma zone de résidence ;
une association ou une entreprise d’aide à domicile.

Les autres aides

en cas de difficultés particulières, je peux m’adresser au délégué régional à l’action sociale de ma caisse de retraite complémentaire principale (où j’ai cotisé le plus longtemps) pour obtenir des aides complémentaires limitées dans le temps.

si je suis imposable, je bénéficie d’une réduction d’impôt de 50 % sur la partie du salaire d’une aide à domicile restant à ma charge (après APA ou aide de ma caisse de retraite).

Mise à jour : 1er avril 2015
pixel vide
pixel vide