Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La douleur et la personne âgée >> Les aspects psychologiques
pixel vide
Les aspects psychologiques


Des composantes psychologiques peuvent également intervenir. La douleur et son expression peuvent être un moyen de réclamer plus de sollicitude de la part de l’entourage, et une meilleure prise en charge. La douleur, phénomène complexe, peut être aggravée par des facteurs psychologiques (anxiété, dépression, hypocondrie, etc.).

Dans tous les cas, ces facteurs ne doivent pas être prétexte à minimiser ou ignorer une souffrance exprimée plus ou moins clairement. La prise en charge de la douleur s’inscrit dans une démarche globale, visant à apporter à l’individu tout le confort physique et psychologique que son état permet.

La douleur peut s’accompagner d’un ralentissement psychomoteur. Elle doit être prise en charge pour éviter une dégradation de l’état général pouvant conduire à la dépendance.

Des douleurs chroniques modifient à terme le comportement : la personne « s’enferme dans sa douleur », est découragée, voire désespérée. Les relations avec les autres peuvent être affectées, provoquant un certain isolement, surtout si le patient a l’impression qu’on minimise sa douleur. Si elle n’est pas prise en charge, cela peut conduire à une véritable dépression, voire des pulsions suicidaires.
pixel vide
pixel vide

Le rapport de confiance entre le patient et les soignants est essentiel : il permet une expression libre de la douleur ressentie avant, pendant et après le traitement anti-douleur, permettant d’évaluer son efficacité ; il favorise également le respect du traitement anti-douleur (régularité des prises), condition de son efficacité.