Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La douleur >> La douleur et la personne âgée
pixel vide
La douleur et la personne âgée


Les douleurs sont fréquentes chez les personnes âgées, quelles qu’en soient les causes (maladie, rhumatismes, petits maux). Des préjugés tenaces tendent à les banaliser, comme si la souffrance était inévitable et dispensait d’une prise en charge efficace.

Les mécanismes de la douleur sont pourtant les mêmes, quel que soit l’âge de la personne. On a longtemps cru que l’enfant souffrait peu ou pas du tout, en raison d’une système nerveux supposé immature. En réalité, l’enfant souffre mais, selon son âge, ne peut l’exprimer verbalement, ou de façon imprécise.

Des réflexions ont donc été nécessaires sur la manière de détecter ces douleurs « silencieuses ». La douleur chez la personne âgée peut poser des problèmes similaires, ce qui explique en partie les insuffisances de sa prise en charge en institution ou à l’hôpital : l’avancée en âge n’est pas un facteur de diminution des douleurs, mais simplement un facteur de diminution de la plainte (Dr Henri-Pierre Cornu).

La prise en charge médicamenteuse des douleurs devra tenir compte des autres traitements en cours et de l’état général de la personne, afin d’éviter les risques d’intoxications médicamenteuses, d’effets secondaires ou de complications.
pixel vide
pixel vide
Les sous-rubriques
. Les aspects psychologiques
. Les difficultés d'expression
. A l'hôpital et en maison de retraite
pixel vide

Une douleur non prise en charge peut avoir des conséquences catastrophiques chez une personne âgée, qu’elle vive à son domicile ou en établissement. Elle peut entraîner des troubles du sommeil, un manque d’appétit pouvant conduire à la dénutrition ; l’état général risque ainsi d’être sérieusement dégradé, avec des conséquences sur l’autonomie de la personne et son maintien à domicile. Les répercussions psychologiques sont parfois graves : découragement voire désespoir, manque de communication et isolement, état dépressif voire suicidaire. Parler de la douleur et la prendre en charge médicalement est une nécessité absolue.