Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Les douleurs aiguës >> Les douleurs des dents et du visage
pixel vide
Les douleurs des dents et du visage

Le visage étant la zone la plus innervée du corps, les douleurs le concernant sont fréquentes et parfois très fortes.

Les douleurs dentaires

Elles sont connues pour leur intensité. Il peut être difficile de les distinguer des douleurs touchant les zones proches (mâchoires, sinus, yeux, etc.). En tout état de cause, consultez rapidement votre généraliste ou votre dentiste : ils identifieront la cause des douleurs et/ou vous orienteront vers un spécialiste, et vous prescriront des médicaments adaptés pour traiter efficacement la douleur.

Si nécessaire, les soins dentaires devront être réalisés rapidement pour éviter une dégradation de votre état, et des douleurs plus intenses encore. Ces soins sont beaucoup moins douloureux que dans le passé, grâce aux progrès de la science et à la sensibilisation des dentistes à la gestion de la douleur. Vous pouvez prendre l’avis de proches ou de votre généraliste pour choisir un dentiste particulièrement attentif à cet aspect.

Il existe également des douleurs neuropathiques (liées au système nerveux) dans la zone des mâchoires et des dents. Des interventions chirurgicales inutiles peuvent dans ce cas aggraver les douleurs.

Maux de tête et migraines

Les maux de tête (céphalées) touchent un grand nombre de personnes à un moment ou un autre de leur existence. Ils sont souvent confondus avec la migraine au sens strict, qui correspond à des symptômes qui altèrent considérablement la qualité de vie et peuvent devenir très invalidants : douleurs violentes, nausées et vomissements, intolérance à la lumière et au bruit, troubles visuels, vertiges, fourmillements ou engourdissement, etc. Ces troubles souvent inquiétants sont dans l’immense majorité des cas sans gravité et totalement réversibles.

Les maux de tête courants (céphalées de tension) seront généralement atténués par les antalgiques et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Soyez cependant toujours vigilant en ce qui concerne l’auto-médication : il s’agit bien de médicaments, qui peuvent avoir des effets néfastes selon les quantités utilisées, les autres traitements éventuellement pris en parallèle, et l’état de santé général.

De plus, ces traitements sont peu efficaces contre les migraines au sens strict, et amènent à tort les patients à douter de l’intérêt même d’un traitement. Ils peuvent même entraîner dans certains cas une aggravation de leur état, transformant la migraine en céphalée chronique quotidienne, plus invalidante encore.

En présence de douleurs régulières ou intenses, il est donc vivement recommandé de consulter rapidement son médecin traitant, qui vous orientera éventuellement vers un neurologue : la consultation permettra de préciser s’il s’agit de simples céphalées ou de vraies migraines, et de bénéficier de traitements efficaces dont certains sont apparus récemment. Deux types de traitements de la migraine sont disponibles : les traitements de crise, à prendre le plus rapidement possible dès l’apparition des douleurs, éventuellement associés à des anti-nauséeux ; les traitements de fond, qui permettent de réduire la fréquence, l’intensité et la durée des crises lorsqu’elles sont très fréquentes et perturbent fortement la vie quotidienne.

Pour plus de précisions, voir notre dossier Migraine et maux de tête.

Sensation de brûlure de la langue et des gencives

Ces douleurs sont assez fréquentes mais peu connues du grand public. Les spécialistes connaissent bien cette maladie (glossodynie) et peuvent proposer des traitements spécifiques. Les douleurs entrent dans deux catégories différentes : symptomatiques (candidoses, anémies) ou idiopathiques, c’est-à-dire sans cause identifiable (elles sont fréquentes après la ménopause). La consommation de médicaments et notamment de tranquillisants pourrait favoriser ces douleurs, ainsi que les états anxieux ou dépressifs.
pixel vide
pixel vide