Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> L'algodystrophie >> La prise en charge
pixel vide
La prise en charge


La prise en charge doit être globale et couvrir les facteurs de risque identifiés : arrêt des traitements médicamenteux éventuellement en cause ; arrêt de la consommation d’alcool ; psychothérapie en cas de problèmes d’anxiété ou de dépression. Le repos est indispensable, sans immobilisation (qui pourrait aggraver les symptômes), mais en évitant strictement les appuis sur le membre touché. Le traitement à proprement parler est long et doit s’adapter à la localisation et aux différentes phases de la maladie.

Les douleurs

La lutte contre les douleurs peut faire appel aux antalgiques et aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, parfois des corticoïdes, des anti-dépresseurs ou des anxiolytiques, mais leur efficacité est parfois limitée. Les traitements médicamenteux (vasodilatateurs, bêta-bloquants) sont parfois efficaces pendant la phase chaude de la maladie. La calcitonine injectable, qui réduit parfois les douleurs en moins de 8 jours (arrêt recommandé au bout de ce délai si aucun effet n’est constaté), au prix d’effets secondaires gênants, n’est plus indiquée pour cette maladie (AFSSAPS 2004).

Une rééducation très prudente

La rééducation est utile pour lutter contre les rétractions de tendons et la raideur articulaire ; elle ne doit commencer qu’après disparition des douleurs (phase froide). Elle est longue et délicate : elle doit être très douce sous peine de réveiller le processus algodystrophique (une rééducation trop agressive est parfois elle-même à l’origine de la maladie) ; elle ne doit provoquer aucune douleur ; la rééducation en piscine d’eau chaude permet de mobiliser le membre douloureux.

Les soins locaux peuvent être utiles s’ils sont supportés par le patient sans provoquer de douleur : massages, hydrothérapie, soins en centres spécialisés.
pixel vide
pixel vide

Le traitement de cette maladie est complexe et diffère d’un pays à l’autre : la prise en charge par un neurologue est parfois privilégiée à celle par un rhumatologue. Une consultation dans un centre anti-douleur permet une prise en charge multi-disciplinaire sur la durée, axée sur le soulagement des douleurs parfois violentes, la guérison étant généralement spontanée.
La calcitonine ne bénéficie plus depuis 2004 d’une autorisation de mise sur le marché pour cette indication. De nombreux témoignages de patients attestent de la pratique de longues séries d’injections, sans réel effet, alors même que l’arrêt du traitement était conseillé en cas d’inefficacité au bout de 8 jours.
Toute opération est déconseillée pendant et après la maladie, sauf cas de force majeure.