Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La prostate >> Le cancer de la prostate
pixel vide
Le cancer de la prostate
pixel vide
Les sous-rubriques
. Facteurs de risque et prévention
. Le diagnostic
. Les traitements
pixel vide
La prostate, organe spécifiquement masculin, est une glande située sous la vessie et communiquant avec les voies urinaires (urètre). Elle a pour fonction la sécrétion du fluide qui, mélangé aux spermatozoïdes, constitue le sperme.

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe au sein du tissu prostatique : des cellules ayant subi des mutations prolifèrent très rapidement. Il s’agit d’un adénocarcinome, c’est-à-dire d’un cancer de type glandulaire ; il est généralement hormonodépendant : certaines hormones (androgènes) stimulent le développement des cellules cancéreuses. Il peut être associé à un adénome.

Ce type de cancer touche un homme sur 8 (un sur 6 aux Etats-Unis), et un sur trente en décède : il est le deuxième cancer le plus fréquent chez l’homme, après le cancer du poumon, et le premier après 75 ans. Son évolution est habituellement lente (sur 10 à 15 ans), ce qui justifie l’absence éventuelle de traitement chez les patients très âgés ; 30 % des hommes de plus de 50 ans développeraient un cancer de la prostate sans aucune évolution ; l’évolution peut cependant être rapide dans certains cas.

Les symptômes urinaires ne sont pas systématiques, et apparaissent très tardivement dans l’évolution de la maladie, lorsque la tumeur est déjà très importante. Localisé dans les premiers temps dans la coque de la prostate, le cancer atteint ensuite les systèmes lymphatique (ganglions) et sanguin, puis les organes environnants, par dissémination de métastases (fréquemment au niveau des os, ce qui explique la découverte fréquente de ce type de cancer suite à un lumbago).

Il est donc indispensable de dépister ce type de cancer pour le prendre en charge avant que son évolution ne soit trop avancée : 50 % des cas sont découverts alors que des métastases se sont déjà disséminées, ce qui rend le traitement et la guérison beaucoup plus problématiques. Lorsque la tumeur est encore localisée, le traitement, chirurgical ou par radiothérapie, est très efficace.
pixel vide

Tous les hommes doivent se faire dépister à partir de 45/50 ans, en raison de la fréquence de la maladie, de la mortalité qui lui est associée, de la simplicité du dépistage et de l’efficacité des traitements en début de maladie.