Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Le glaucome >> Dépistage et traitements
pixel vide
Dépistage et traitements

Le dépistage

Le dépistage est réalisé par l’ophtalmologiste, grâce à des examens simples et indolores de mesure de la pression de l’œil (tonométrie). La tension normale est comprise entre 10 mmHg (millimètres de mercure) et 21 mmHg ; elle est fluctuante au cours de la journée, mais l’écart ne doit pas être supérieur à trois points. Une tension supérieure à 21 mmhg doit faire pratiquer des examens complémentaires :
• l’examen du nerf optique permet de repérer des altérations de celui-ci : hémorragies, destruction d’une partie des fibres optiques. Elles peuvent également se manifester par un trouble de la vision des contrastes.
• la mesure du champ visuel permet de détecter son rétrécissement éventuel.

Les traitements

L’objectif est de réduire la tension oculaire, en déterminant la pression « cible » à obtenir chez un patient donné.

Le traitement médical consiste en l’application d’un ou plusieurs collyres, visant soit à diminuer la sécrétion des liquides, soit à permettre leur meilleure évacuation, ou encore à obtenir les deux effets simultanément. Le traitement est continu (il n’y a pas de guérison), il ne doit pas être interrompu et doit être administré à heures fixes, sous peine de provoquer des pics de tension susceptibles de léser le nerf optique.

Dans certains cas, un traitement au laser permet d’améliorer l’évacuation du liquide.

Un traitement chirurgical ayant le même effet est parfois pratiqué lorsque le traitement par collyre devient moins efficace.

Un traitement aux ultrasons (cyclodialyse) permet de détruire la zone de formation du liquide. Il est utilisé aux stades très évolués de la maladie ou en cas d’échec des autres traitements.

La surveillance par le généraliste

Celui-ci va contrôler les facteurs de risque vasculaires : hypertension artérielle (les pics de tension doivent être évités), ainsi que l’hypotension. Un éventuel diabète doit être équilibré.
pixel vide
pixel vide