Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Les traitements de crise >> Les traitements spécifiques
pixel vide
Les traitements spécifiques

Il s’agit des dérivés de l’ergot de seigle et des triptans, apparus récemment. Ils agissent en interagissant avec les récepteurs sérotoninergiques du cerveau, impliqués dans le déclenchement de la crise migraineuse ; ils entraînent une constriction des artères cérébrales et ont un effet anti-inflammatoire spécifique. Ils font effet plus rapidement que les traitements non spécifiques de la migraine, après une seule prise. S’ils ne font pas d’effet au bout de trois crises de migraine ou s’ils entraînent trop d’effets secondaires, un autre traitement spécifique doit être tenté.

Ils sont contre-indiqués dans les maladies artérielles telles que l'artérite des membres inférieurs, les maladies coronariennes, le syndrome de Raynaud, et en cas d'insuffisance hépatique ou rénale. Ils ne doivent pas être combinés entre eux.

Les dérivés de l’ergot de seigle

Il s’agit d’un champignon parasite du seigle, dont les propriétés vasoconstrictrices sont connues depuis des siècles, et qui fut responsable d’une maladie connue sous le nom de « mal des Ardents » (ergotisme).

Le tartrate d'ergotamine, par voie orale ou rectale, a montré son efficacité à des doses de 1 à 2 mg par voie orale, souvent associé à la caféine. La posologie maximale ne doit pas dépasser 6 mg par jour ou 10 mg par semaine. Il a des effets secondaires fréquents : nausées, palpitations, somnolence, fourmis dans les membres, crampes.

La dihydroergotamine ne peut être administrée par voie orale, mais par voie sous-cutanée, intra-musculaire, intra-veineuse, ou plus simplement en spray nasal. Les doses sont de l'ordre de 1 à 2 mg par jour au maximum. Elle présente moins d’effets secondaires.

Ces traitements présentent de nombreuses contre-indications : grossesse et allaitement ; insuffisance rénale, hépatique ou coronaire ; hypertension mal contrôlée ; syndrome de Raynaud, artérite ; tabagisme ; traitement par bêta-bloquants ou macrolides (famille d’antibiotiques).

Ils peuvent entraîner des effets secondaires : fourmillements des extrémités des membres ; nausées et vomissements ; ergotisme (association avec certains autres médicaments).

Les triptans

Ces produits plus récents sont très spécifiques des récepteurs vasculaires impliqués dans la crise migraineuse. Il en existe plusieurs sortes, à l’efficacité comparable mais dont la posologie, la rapidité et la durée d’action peuvent différer, y compris d’un patient à l’autre. Ils soulagent généralement en une à deux heures 50 à 70 % des crises migraineuses, réduisant la douleur et les symptômes associés (mais pas les symptômes de l’aura). Ils doivent être utilisés au début de la phase douloureuse de la crise, et non au cours de l'aura (si elle existe). S’ils ne font pas d’effet, ne pas renouveler la prise ; s’ils ne sont pas plus efficaces après quelques crises, votre médecin pourra vous prescrire un médicament de la même famille, afin déterminer celui qui peut vous soulager.

L’utilisation des triptans est contre-indiquée pendant la grossesse et l’allaitement, chez les enfants, en cas de problèmes cardio-vasculaires et d’hypertension non contrôlée, ou d’insuffisance hépatique ou rénale. De ce fait, ils sont parfois déconseillés après 65 ans pour ne pas risquer d’accident vasculaire.

Les interactions avec d’autres médicaments peuvent être dangereuses (certains antibiotiques par exemple) : votre médecin et votre pharmacien doivent être au courant de tous les traitements que vous prenez pour en vérifier la compatibilité.

Ils peuvent provoquer des effets secondaires : sensations de chaleur, fourmis dans les membres, rougeurs, oppressions thoraciques (la plupart du temps sans cause coronarienne vraie). Ils ont tendance à disparaître après quelques prises.

Les médicaments adjuvants

Les anti-émétiques, qui préviennent et calment les nausées et vomissements (métoclopramide, dompéridone, métopimazine…) peuvent être des produits d'accompagnement utiles pour certains migraineux. Certaines spécialités pharmaceutiques en contiennent en association.

La caféine a une efficacité sur les migraines, même si elle est modeste. De plus, elle améliore l'absorption digestive du tartrate d'ergotamine. Elle est souvent proposée en association dans certaines spécialités pharmaceutiques anti-migraineuses.

Les tranquillisants peuvent également être utiles pour lutter contre l’anxiété qui accompagne fréquemment et aggrave la migraine.
pixel vide
pixel vide

Rappelons que tous les médicaments, même les plus courants, peuvent présenter des effets secondaires éventuellement graves s’ils sont utilisés à forte dose, ou associés à d’autres médicaments, ou dans le contexte d’autres maladies. N’expérimentez pas vous-même un traitement, même s’il vous est « recommandé » par un proche. Demandez conseil à votre médecin traitant, et n’augmentez jamais la dose prescrite si le médicament ne produit pas les effets escomptés : un traitement spécifique des situations de crise ou un traitement de fond pourront être prescrits par le médecin.