Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La migraine >> Que faire ?
pixel vide
Que faire ?

La prévention

L’identification et l’évitement des facteurs déclenchants propres à chacun permet de réduire le nombre de crises.

Une bonne hygiène de vie aura également des effets bénéfiques : des repas à heures régulières, la pratique quotidienne d’activités physiques, un bon sommeil, le recours aux techniques de relaxation et de gestion du stress.

Chez les femmes non ménopausées et sujettes aux migraines, la contraception orale permet parfois de prévenir les crises. Un traitement préventif pourra être proposé à l’approche des règles : anti-inflammatoires non stéroïdiens ou antalgiques, ou bien traitement spécifique de la migraine (triptans, dérivés de l’ergot de seigle).

Des traitements mal connus

Le traitement des migraines fait partie des priorités définies par le plan anti-douleur 2002-2005, priorité toujours d’actualité : quatre patients sur cinq ne sont pas suivis médicalement pour cette affection, 40 % n’ayant jamais consulté, 40 % ayant consulté mais ayant arrêté le suivi médical. Ils ont largement recours à l’auto-médication (aspirine, paracétamol), peu efficace pour les migraines sévères, et qui les amène à tort à douter de l’intérêt même d’un traitement. De plus, une consommation excessive de ce type de médicaments expose au risque de céphalée chronique quotidienne, bien plus invalidante encore.

Il est donc vivement recommandé de consulter son médecin traitant, qui vous orientera éventuellement vers un neurologue ou une consultation spécialisée, pour bénéficier de traitements efficaces dont certains sont apparus récemment. Deux types de traitements sont disponibles : les traitements de crise, à prendre le plus rapidement possible dès l’apparition des premiers symptômes, éventuellement associés à des anti-nauséeux ; les traitements de fond, qui permettent de réduire la fréquence, l’intensité et la durée des crises.

Votre journal de la migraine

Afin de faciliter le diagnostic et le choix et le suivi d’un traitement, il est recommandé de tenir un agenda des crises, précisant pour chacune d’elle :
• la date de survenue ;
• sa durée ;
• son intensité : légère, modérée, sévère ;
• les facteurs déclenchants repérés : état émotionnel (stress), conditions météorologiques, alimentation etc. ;
• le médicament utilisé, sur prescription ou non : nom et dose.

Dans un premier temps, ce journal peut vous permettre de repérer un ou plusieurs facteurs déclenchants ; essayez de les éliminer de votre quotidien afin de vérifier leur impact sur l’apparition des crises.

Cet outil permet également au médecin de mieux percevoir la sévérité de la migraine, de tenir compte du retentissement de la maladie sur votre vie quotidienne, de guider éventuellement le choix thérapeutique et les modalités du suivi (recommandations de la Haute Autorité de Santé). Il présente notamment comme intérêt de refléter fidèlement la réalité des crises subies, sans les minimiser une fois qu’elles sont terminées.
pixel vide
pixel vide