Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La migraine >> Causes et mécanismes
pixel vide
Causes et mécanismes

Des facteurs déclenchants, variables selon les individus, favorisent fréquemment la survenue des crises ; une fois identifiés, il sera possible dans certains cas d’éviter ces situations « à risque ».

Des mécanismes complexes

La douleur migraineuse est due à un processus à la fois vasculaire et neurologique : une stimulation nerveuse provoque une vasodilatation des vaisseaux. Des facteurs déclenchants provoquent une stimulation de l'hypothalamus et du nerf trijumeau (innervation d'une grande partie de la face). Les terminaisons nerveuses du nerf libèrent des neuropeptides dans la paroi des vaisseaux méningés, entraînant une vasodilatation douloureuse, attribuée à l'inflammation des parois.

Le rôle des hormones féminines

Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes à partir de la puberté. Les changements hormonaux semblent avoir une influence sur la maladie : la migraine est plus rare chez les femmes après la ménopause. Avant la ménopause, les règles peuvent être un facteur déclenchant des migraines, probablement en raison de la baisse du taux d’estrogènes. En cas de ménopause précoce, on peut assister à une aggravation des symptômes.

Les facteurs favorisants

Selon les individus, certains facteurs favorisent l’apparition des crises :
• des facteurs psychologiques : émotion, contrariété, anxiété, stress chronique ;
• des facteurs alimentaires : repas trop copieux et/ou trop gras, jeûne ou repas sauté (hypoglycémie), consommation au même repas de chocolat, de fromage (bleus en particulier) et de vin (présence de tyramine), glaces, restauration rapide (présence de nitrites dans les hamburgers), cuisine asiatique (présence de glutamate), alcool (surtout vin rouge et rosé et alcools « colorés ») ; caféine en excès (ou arrêt brutal de sa consommation) ;
• un changement de rythme : paradoxalement, une détente brutale peut également favoriser l’apparition d’une crise, lors d’un week-end ou en début de vacances par exemple ;
• le manque de sommeil ;
• une forte luminosité, l’exposition au soleil ;
• le tabagisme, y compris passif ;
• l’activité sexuelle ;
• certaines odeurs (par exemple, le dissolvant du vernis à ongle, les crayons feutre) ;
• des lunettes mal adaptées ;
• certains traitements médicaux (contre l’hypertension, pilule contraceptive) ;
• certaines phases du cycle menstruel (règles, ovulation) ;
• des changements brusques de climat ou de température.
pixel vide
pixel vide

Avec l’âge, la fréquence et la durée des crises de migraine ont tendance à diminuer. Après la ménopause, 70 % des femmes voient leur migraine s’atténuer ou disparaître. Chez certains patients migraineux, une douleur permanente modérée peut s’installer, avec des crises occasionnelles.