Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Le vieillissement pathologique >> Migraine et maux de tête
pixel vide
Migraine et maux de tête
pixel vide
Les sous-rubriques
. Les maux de tête (céphalées)
. La migraine
pixel vide
Les maux de tête (céphalées) touchent un grand nombre de personnes à un moment ou un autre de leur existence. Ils sont souvent confondus avec la migraine au sens strict, qui correspond à des symptômes qui altèrent considérablement la qualité de vie et peuvent devenir très invalidants : douleurs violentes, nausées et vomissements, intolérance à la lumière et au bruit, troubles visuels, vertiges, fourmillements ou engourdissement, etc. Ces troubles souvent inquiétants sont dans l’immense majorité des cas sans gravité et totalement réversibles.

En France, un adulte sur cinq souffre de migraine, soit environ 7 millions de personnes, les femmes étant trois fois plus touchées que les hommes ; le coût de cette maladie est estimé à un milliard d’euros. Le diagnostic est réalisé grâce à la description de ses symptômes par le patient et nécessite rarement des examens complémentaires.

Des douleurs mal prises en charge

Le traitement des migraines fait partie des priorités définies par le plan anti-douleur 2002-2005 élaboré par le ministère de la Santé. La prise en charge de la migraine reste en effet très insuffisante : quatre patients sur cinq ne sont pas suivis médicalement pour cette affection, 40 % n’ayant jamais consulté, 40 % ayant consulté mais ayant arrêté le suivi. Un certain fatalisme est souvent associé à ces troubles, les patients considérant trop souvent qu’ils ne peuvent être traités.

Les patients ont largement recours à l’auto-médication (aspirine, paracétamol), peu efficace pour les migraines sévères, et qui les amène à tort à douter de l’intérêt même d’un traitement. Elle entraîne dans certains cas une aggravation de leur état, transformant la migraine en céphalée chronique quotidienne, plus invalidante encore.

Il est donc vivement recommandé de consulter rapidement son médecin traitant, qui vous orientera éventuellement vers un neurologue, pour bénéficier de traitements efficaces dont certains sont apparus récemment. Deux types de traitements sont disponibles : les traitements de crise, à prendre le plus rapidement possible dès l’apparition des douleurs, éventuellement associés à des anti-nauséeux ; les traitements de fond, qui permettent de réduire la fréquence, l’intensité et la durée des crises lorsqu’elles sont très fréquentes et perturbent fortement la vie quotidienne.

Les dangers de l’auto-médication

Les maux de tête courants (céphalées) seront généralement atténués par les antalgiques et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Soyez cependant toujours vigilant en ce qui concerne l’auto-médication : il s’agit bien de médicaments, qui peuvent avoir des effets néfastes selon les quantités utilisées (pas plus de 2 fois par semaine !), d’autres traitements éventuellement pris en parallèle, et l’état de santé général.

Un usage excessif de ces médicaments risque également de transformer une migraine en céphalée chronique quotidienne : les crises sont plus fréquentes et la douleur persiste entre les crises.

Ils peuvent également retarder le diagnostic d’une maladie à l’origine de ces douleurs. Demandez conseil à votre médecin traitant !
pixel vide

Dans l’immense majorité des cas, les céphalées et migraines ne présentent aucun caractère de gravité. Parlez-en cependant à votre médecin si votre qualité de vie s’en ressent, si les médicaments sont inefficaces ou si vous devez augmenter les doses (risque d’intoxication). Dans quelques cas précis, consultez rapidement votre médecin traitant :
• maux de tête violents apparaissant pour la première fois ou d’une nature différente de ceux dont vous souffrez habituellement ;
• mal de tête accompagné de faiblesse musculaire, de douleur dans un œil, de raideur du cou ;
• mal de tête persistant dont vous n’arrivez pas à vous débarrasser.