Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Le rôle de l'audio-prothésiste >> Une adaptation indispensable
pixel vide
Une adaptation indispensable

L’adaptation aux aides auditives se fait progressivement : au début, un effort est nécessaire pour s’y habituer ; après quelques semaines, elles peuvent être utilisées toute la journée sans fatigue ni tension. Le cerveau doit en effet se réhabituer aux sons qui n’étaient plus perçus, car il s’était adapté à la perte auditive, souvent progressive. L’oreille doit également s’habituer à des perceptions qui peuvent être différentes de l’audition naturelle.

Les réglages des appareils doivent être affinés par l’audio-prothésiste, en fonction des besoins, grâce aux indications fournies le plus précisément possible par le patient sur son niveau de confort dans les différentes situations de communication. Prenez des notes pour bien exposer à votre audio-prothésiste les situations difficiles et lui expliquer pourquoi elles le sont.

Ménagez-vous et privilégiez les situations gratifiantes pour ne pas vous « dégoûter » de l’appareil. Les situations plus difficiles pourront être affrontées progressivement, au rythme de chacun.

Des efforts récompensés

Les patients et les associations qui les regroupent évoquent un véritable « parcours du combattant » pour obtenir des résultats satisfaisants en termes de réglages et de performances, sachant que le résultat parfait n’existe pas. Le jeu en vaut cependant la chandelle, pour améliorer sa qualité de vie et les possibilités de communication. Le succès de l’appareillage repose largement sur la motivation personnelle du patient, ne serait-ce que pour porter effectivement l’appareil. L’entourage pourra accompagner et renforcer cette motivation, sans se substituer à la démarche individuelle du malentendant.

Celui-ci tirera grand profit de l’apprentissage de la lecture labiale, même si les résultats de l’appareillage sont satisfaisants, afin d’améliorer sa compréhension, surtout dans les situations difficiles (bruit ambiant). Toutes les activités mobilisant les ressources du cerveau (mémoire, attention…) seront bénéfiques. Pensez également à recourir à un orthophoniste compétent dans ce domaine pour faciliter votre adaptation à l’appareillage (voir la rubrique Orthophonie et audition).
pixel vide
pixel vide

Certains prothésistes conseillent de conserver presque en permanence ses aides auditives pendant cette phase d’adaptation, pour faciliter l’effort d’adaptation du cerveau et pour repérer les situations « à problème ». Certaines situations extrêmes (travaux urbains par exemple) seront difficiles à supporter et justifient d’ôter son appareil.
D’autres recommandent une utilisation progressive mais régulière (tous les jours, une à deux heures pour commencer). Tout dépendra de la bonne tolérance de l’appareil par le patient. En tout état de cause, compte tenu de l’adaptation nécessaire, un effort suivi est indispensable pour des résultats satisfaisants, sous peine de voir ces coûteux appareils remisés dans un tiroir…