Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La prise en charge >> Consultation ORL et bilan auditif
pixel vide
Consultation ORL et bilan auditif

Un interrogatoire détaillé permet d’appréhender les gênes ressenties, et un examen clinique est réalisé (examen des conduits auditifs externes et des tympans…). Des mesures détaillées permettent de mesurer l’éventuelle perte auditive, et d’évaluer en particulier la compréhension de la parole.

Le fonctionnement du tympan

Il est testé grâce à l’envoi d’air dans chaque oreille : le déplacement du tympan est mesuré et permet d’établir une courbe (tympanogramme). En présence de certains problèmes (otite, atteinte du tympan, rigidification des osselets), la courbe révèle des mouvements limités du tympan (tympanogramme « plat »). Des examens complémentaires permettent de préciser l’origine des troubles (IRM, scanner).

Mesure de la perte auditive

Un audiogramme tonal est réalisé pour chaque oreille. Une courbe osseuse est obtenue à l’aide d’un vibrateur qui envoie directement derrière l’oreille une série de sons purs. Elle permet de mesurer le fonctionnement des différentes zones spécialisées de la cochlée. Une perte sur les aigus sera par exemple repérée par un audiogramme en « pente de ski ». Une courbe aérienne est réalisée, éventuellement à l’aide d’un casque, pour évaluer la qualité de transmission de l’oreille moyenne : la personne signale le son le plus faible qu’elle peut percevoir pour différentes fréquences (125, 250, 500, 1000, 2000, 4000 et 8000 Hertz). Les valeurs obtenues sont reportées sous forme de courbe. La perte est calculée en faisant la moyenne des pertes pour les fréquences de 500, 1000, 2000, 4000 Hz. Le diagnostic sera porté grâce à la perte moyenne mais aussi à la courbe obtenue : deux courbes différentes peuvent donner une même moyenne. La gêne subjective exprimée lors de l’interrogatoire sera également prise en compte : pour une même perte moyenne, deux personnes peuvent entendre différemment, en raison du rôle du cerveau.

Un audiogramme vocal consiste à demander à la personne de répéter des mots prononcés à différentes intensités (dans un endroit silencieux), et à calculer le pourcentage d’erreurs. Il permet de mesurer la gêne auditive réelle, essentiellement la compréhension de la parole.

Un IRM permet si nécessaire d’affiner le diagnostic. En cas de besoin, le médecin prescrit un appareillage.
pixel vide
pixel vide

Le médecin ORL (oto-rhino-laryngologiste) est spécialisé dans l’examen et le traitement des oreilles, du nez et de la gorge. Il est habilité à prescrire l’appareillage, mais le type et l’intensité des corrections sont actuellement du ressort de l’audio-prothésiste. Les associations de patients demandent que l’ORL ait un contrôle sur la correction, pour prendre en compte l’éventuelle maladie sous-jacente et préserver l’audition restante en évitant une amplification trop forte.