Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Facteurs de risque et prévention >> Les médicaments ototoxiques
pixel vide
Les médicaments ototoxiques

Les médicaments dits ototoxiques sont un autre facteur de risque : il s’agit de produits pharmaceutiques pouvant léser l’oreille interne (cochlée ou vestibule). Ils peuvent provoquer des acouphènes (symptôme le plus fréquent), l’apparition ou l’aggravation d’une surdité de perception (atteinte de l’oreille interne), des vertiges et des troubles de l’équilibre. Ils accentuent la baisse de l’audition liée au vieillissement (presbyacousie).

Plusieurs facteurs peuvent favoriser cette toxicité :
• des facteurs individuels : la préexistence d'une surdité de perception, une pathologie associée telle une insuffisance rénale, un âge élevé, une sensibilité particulière au médicament rendent plus vulnérables.
• des facteurs liés au médicament lui-même : la posologie, le mode d'administration, la durée du traitement, l'association à d'autres médicaments ototoxiques entrent en ligne de compte. Un médicament présente d’autant plus de risques qu’il est pris à hautes doses, pour une durée prolongée, par voie intraveineuse.

Il est conseillé aux familles qui comptent un ou plusieurs malentendants de bien demander au médecin d'éviter les médicaments ototoxiques (on pourra également demander au pharmacien de vérifier par sécurité) : certains antibiotiques (aminoglycosides) et anticancéreux (chimiothérapie), anti-paludéens (quinine), anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine, ibuprofène, naproxène) et diurétiques à forte dose, traitements coupe-faim (à base d’amphétamines, interdits depuis 1999 en France, ou autres). L’association pilule contraceptive et tabac est également nocive pour l’audition et peut favoriser des surdités brusques.

L’auto-médication présente, dans ce domaine comme dans les autres, des risques importants, les médicaments concernés étant nombreux et courants.
pixel vide
pixel vide

Pour plus de précisions sur les médicaments toxiques pour l’audition, consultez le site de l’UNISDA (Union nationale pour l’insertion sociale du déficient auditif).