Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Les déficiences auditives >> La presbyacousie
pixel vide
La presbyacousie

Elle correspond à une baisse normale de l’audition due à l’âge, qui commence vers 30 ans. Elle est comparable à la presbytie, mais présente des symptômes gênants plus tardivement (parfois vers 55-60 ans, plus nettement vers 75-80 ans), généralement une difficulté à comprendre la parole dans un bruit de fond.

Les premiers signes peuvent sembler banals (voir l’encadré), mais doivent alerter afin de faire réaliser un bilan auditif par un médecin ORL.

Les premières atteintes concernent souvent la perception des sons aigus. Malgré la préservation de la perception des sons graves, elles sont rapidement handicapantes, car les aigus sont essentiels à la compréhension de la parole, qui peut donc devenir rapidement difficile, notamment dans le brouhaha.

Un certain nombre de stratégies de compensation se mettent en place face à la baisse de l’audition : on mobilise davantage son attention (parfois au point de provoquer des migraines), on fixe ses interlocuteurs, on s’appuie sur sa mémoire pour suppléer aux informations manquantes (suppléance mentale). La poursuite de la baisse des capacités auditives rend ces stratégies insuffisantes.

La presbyacousie est due essentiellement au vieillissement, qui provoque la disparition progressive et définitive d’une partie des cellules ciliées, et un moins bon fonctionnement des voies et des centres nerveux auditifs. Elle est aggravée par les différents facteurs de risque concernant l’audition (voir la rubrique Les facteurs de risque). Des facteurs génétiques semblent intervenir, favorisant chez certains une presbyacousie précoce ou plus accentuée.

On rencontre fréquemment des symptômes associés à la presbyacousie : des acouphènes, dont l’apparition est parfois favorisée par l’exposition au bruit liée à des situations de stress ; des troubles de l’équilibre peuvent être accentués par le vieillissement de l’oreille interne.

Une dégradation progressive

Dans les premiers temps, les sons aigus ne sont plus perçus : sonnettes, chants d’oiseaux, sifflements… La compréhension de la parole demeure pour l’essentiel.

Une deuxième phase voit des difficultés apparaître dans certains contextes sonores : conversation de groupe, bruit de fond important (lieux publics, télévision, radio…). Paradoxalement, les sons forts sont mal tolérés.

Enfin, des troubles importants apparaissent dans la communication, avec de fortes répercussions psychologiques et sur l’entourage : la personne ne comprend plus son interlocuteur, a tendance à masquer ses difficultés et n’ose pas faire répéter, répond de travers, provoquant tension et irritation de part et d’autre. Le risque est alors grand d’éviter les situations de communication et de s’enfermer progressivement dans l’isolement. A terme, des symptômes dépressifs peuvent apparaître, ainsi que de fortes tensions au sein du couple et de la famille.

Réagir à temps

Afin d’éviter des conséquences parfois lourdes, le patient comme son entourage doivent faire des efforts pour reconnaître et accepter le problème, en parler et mettre en place des solutions adaptées. Selon les symptômes, celles-ci iront d’une simple adaptation du comportement de l’entourage (voir la rubrique Le rôle de l’entourage), éventuellement combiné à l’apprentissage de la lecture labiale, jusqu’à l’essai et l’acquisition éventuelle d’une prothèse auditive. La consultation d’un médecin ORL est en tout état de cause indispensable.
pixel vide
pixel vide

Les signaux d’alerte
Si vous répondez oui à l’une des questions suivantes, faites contrôler votre audition (d’après FrancePresbyAcousie/Journée nationale de l’audition) :
• ressentez-vous une baisse d’audition, au moins dans certains contextes ?
• avez-vous du mal à repérer d’où viennent les sons ?
• vos proches vous demandent-ils de baisser le son de la télévision, de la radio, de la chaîne HI-FI ?
• lorsque vous écoutez ces appareils, vous n’entendez pas les autres bruits (sonnerie du téléphone ou de la porte d’entrée) ?
• faites-vous souvent répéter vos interlocuteurs ?
• comprenez-vous plus facilement les personnes dont vous voyez le visage ?
• êtes-vous perturbé lorsqu’un film étranger est en version française (discordance entre les mouvements des lèvres et les paroles) ?
• faites-vous généralement répéter les noms propres et les nombres au téléphone ?
• avez-vous du mal à suivre une conversation lorsque plusieurs personnes parlent en même temps ou dans un lieu bruyant ?
• vous arrive-t-il d’être surpris par l’arrivée d’un véhicule dans la rue ?
• entendez-vous aussi souvent qu’avant le bruissement des feuilles ou le chant des oiseaux ?
• avez-vous parfois l’impression d’avoir les oreilles bouchées ?
• entendez-vous parfois des bourdonnements d’oreille, des sifflements (acouphènes) ?