Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> L'adénome de la prostate >> Les examens médicaux
pixel vide
Les examens médicaux

Un interrogatoire détaillé sur les symptômes ressentis par le patient est indispensable pour évaluer ses éventuelles difficultés urinaires.

Le toucher rectal, pratiqué vessie vide, permet de détecter l’augmentation de volume de la prostate. Rapide et indolore, il peut théoriquement être réalisé par un généraliste expérimenté ; faute de temps, celui-ci renvoie cependant fréquemment vers l’urologue. Cet examen doit être réalisé tous les ans à partir de 50 ans (45 ans pour les personnes à risque).

La palpation de l’abdomen permet au médecin de détecter la rétention d’urine dans la vessie.

Si les examens sont normaux, ils devront être répétés uniquement en cas d’aggravation des symptômes. Dans le cas contraire, des examens complémentaires seront réalisés, l’échographie suffisant généralement à confirmer le diagnostic d’adénome.

Les examens complémentaires

Ils permettent de préciser le diagnostic, de détecter d’éventuelles répercussions sur l’appareil urinaire, et de vérifier s’il existe une autre pathologie.

L’échographie abdomino-pelvienne permet d’évaluer approximativement le volume de la prostate, mais aussi d’avoir une vision précise de la vessie et des reins, signalant d’éventuelles complications.

Le dosage de la PSA détecte les modifications de l’architecture de la prostate, quelles qu’en soient les causes (adénome, cancer, infections, traumatismes). Il n’est pas réalisé systématiquement pour diagnostiquer un adénome de la prostate, l’élévation du taux de PSA restant généralement modérée dans ce cas. Cet examen, qui doit être réalisé tous les ans à partir de 50 ans, permet essentiellement de détecter précocement un cancer de la prostate, si l’on constate une élévation rapide du taux de PSA. Une abstinence sexuelle de 48 heures est recommandée avant cet examen, l’activité sexuelle pouvant influer sur le taux de PSA.

Le dosage de l’urée et de la créatinine dans le sang (prélèvement à jeun) permet de détecter une atteinte rénale.

L’examen cytobactériologique des urines recherche une infection urinaire venant compliquer l’adénome.
pixel vide
pixel vide