Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Bien vieillir >> Les mécanismes de l'équilibre >> Les conséquences de l’alitement
pixel vide
Les conséquences de l’alitement


En cas d’alitement, où le corps n’est plus en position debout, les mécanismes de l’équilibre se dégradent très rapidement : les otolithes ne perçoivent plus les inclinaisons de la tête ; les membres étant dépourvus de poids, les muscles n'ont plus à se contracter pour maintenir le corps et le mettre en mouvement ; les récepteurs du toucher et de la pression des pieds et des chevilles n'indiquent plus l'orientation vers le bas. La mémoire du schéma corporel, moins sollicitée, tend à s’effacer.

La durée de l’alitement a donc des répercussions massives sur la capacité à se tenir debout et à se déplacer, sans bien sûr que la personne en soit responsable : évoquer une soi-disant « mauvaise volonté » n’a donc pas de sens dans ce contexte. Dans les hôpitaux, des tables de verticalisation sont utilisées pour réhabituer progressivement à la station debout suite à un alitement prolongé.

Chez la personne grabataire, la stabilité des positions (12 heures au lit, 12 heures assis dans un fauteuil) éteint progressivement le schéma corporel par diminution de l'intelligence sensori-motrice, ce qui entraîne une réduction de l'intelligence conceptuelle (ou du moins de ses capacités expressives).

Le patient sera alors vu comme débutant une pathologie (désorientation spatio-temporelle, perte d'idéation, démence, etc.), alors qu’il s’agit en réalité du point d'arrivée d'un manque d'utilisation des compétences sensori-motrices.
pixel vide
pixel vide