Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Le vieillissement pathologique >> La vue
pixel vide
La vue
pixel vide
Les sous-rubriques
. Vue et conduite automobile
. Une mécanique de précision
. Paupières et larmes
. La presbytie
. La cataracte
. Le glaucome
. La DMLA
. Le décollement de rétine
. Les lentilles de contact
. Adresses et liens utiles
pixel vide

La préservation d’une bonne vision est essentielle tant pour la qualité de vie que pour la sécurité des seniors. Elle permet de poursuivre des activités enrichissantes et variées, qu’elles soient de loisir (spectacles, lecture, télévision), ou plus utilitaires, grâce notamment à la mobilité qu’elle autorise (activités ménagères, jardinage, déplacements, conduite automobile…). Des troubles non corrigés feront en revanche courir des risques sérieux, au domicile comme à l’extérieur : risques de chutes, avec les menaces qu’elles font peser sur l’autonomie (voir notre dossier sur La prévention des chutes) ; risques d’accidents lors des déplacements à pied ou en voiture…

Si l’œil est le seul organe du corps humain qui ne change pas tout au long de la vie, il est cependant fragile et n’échappe pas au vieillissement. La prévention, en particulier la protection vis-à-vis du soleil, est indispensable, notamment en montagne (risque d’ophtalmie des neiges, très douloureuse et sujette à complications). Avec l’avancée en âge, les problèmes de vue sont fréquents, les uns inéluctables (la presbytie, seulement retardée chez les personnes myopes), les autres plus ou moins répandus (cataracte, DMLA, glaucome).

Un suivi régulier de la vue est donc indispensable : il permet de corriger les troubles dès leur apparition, par le port de lunettes ou de lentilles adaptées ; une prise en charge rapide peut également ralentir ou stopper des évolutions irréversibles qui peuvent conduire à des handicaps sévères, voire à la cécité (glaucome, DMLA). Les progrès de la médecine sont constants dans ce domaine ; les interventions chirurgicales sont en particulier toujours plus efficaces et plus sûres.

L’ophtalmologiste fait partie des quelques spécialistes qui peuvent être consultés sans passer par le médecin traitant. Une visite tous les deux à trois ans est nécessaire pour vérifier comment votre vue évolue, et déterminer quel type de correction est éventuellement nécessaire. En présence de problèmes cardio-vasculaires (hypertension artérielle, diabète) ou d’antécédents familiaux de glaucome, une visite annuelle est recommandée.
pixel vide

L’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) et la Fondation de France éditent un guide pratique sur la malvoyance acquise, « Quand la malvoyance s’installe : guide pratique à l’usage des adultes et de leur entourage ». Ses répercussions sur la vie quotidienne sont importantes et parfois sous-estimées : difficulté à trouver objets et papiers, à faire sa toilette ou à prendre ses médicaments, peur de sortir seul… Le guide s’adresse aux patients et à leur entourage afin de leur apporter des solutions concrètes pour maintenir ou retrouver leur autonomie, en aménageant leur environnement ou en adaptant leurs gestes.
Ce guide est consultable en ligne sur le site de l’INPES (cliquer ici) et téléchargeable (cliquer ici).