Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La maladie d'Alzheimer >> Vivre en institution
pixel vide
Vivre en institution


Les premiers signes sérieux de perte d’autonomie doivent faire envisager une prise en charge institutionnelle, si la personne vit seule et si les aides extérieures ne suffisent plus. Si le patient vit en couple ou avec un de ses enfants, une détérioration accentuée de ses facultés aura les mêmes conséquences.

Il s’agit d’une décision importante, à prendre calmement, aussi bien pour le patient que pour son entourage : un placement en urgence est vécu comme un drame et un arrachement. Bien préparée, elle doit être considérée comme un relais dans la prise en charge, désormais confiée à des professionnels qualifiés.

Elle intervient souvent trop tard, au détriment des patients, dont la durée de vie est plus longue s’ils sont pris en charge à temps, mais aussi des aidants qui assument un rôle de soignant pour lequel ils ne sont pas qualifiés et qui les épuise.

Retour au plan
pixel vide
pixel vide
Les sous-rubriques
. Une décision difficile à préparer avec soin
. Les différents types d'institutions
. Des coûts élevés : pensez aux aides !
pixel vide

Le plan Solidarité Grand âge 2007
Pour faire face aux besoins croissants liés aux maladies neuro-dégénératives, le gouvernement a annoncé en juin 2006 le lancement du Plan Solidarité Grand âge 2007. Il a différents objectifs :
• favoriser le maintien à domicile, en développant l’hospitalisation à domicile, en augmentant le nombre de places en accueil de jour et en hébergement temporaire ;
• l’amélioration de l’accueil en maison de retraite : création de 5 000 places par an, rénovation des infrastructures, renforcement des effectifs afin d’augmenter le taux d’encadrement ;
• l’adaptation des hôpitaux, par la mise en place d’une filière gériatrique ;
• l’amélioration du dépistage, par la mise en place d’une consultation gratuite chez le médecin généraliste à partir de 70 ans ;
• un effort pour la recherche : crédits supplémentaires, élaboration d’un plan national.
Les professionnels du secteur, en accord avec ces objectifs, ont cependant estimé que le financement prévu est de deux à trois fois inférieur à leurs estimations des besoins.