Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> L'ostéoporose >> Le diagnostic des médecins
pixel vide
Le diagnostic des médecins


Conformément aux recommandations de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), qui organise depuis 1999 une Journée mondiale de l’ostéoporose, l’objectif est de dépister l’ostéoporose avant la survenue des fractures.

La densitométrie osseuse

Le diagnostic est réalisé grâce à la densitométrie osseuse (mesure de la densité des os) ; le lien entre le risque de fracture et la diminution de la densité minérale osseuse (DMO) a en effet été mis en évidence par plusieurs études.

L’examen se fait par absorptiométrie biophotonique à rayons X, qui nécessite une faible irradiation. La mesure est faite à deux niveaux : les vertèbres lombaires et l’extrémité supérieure du fémur. L’écart entre les résultats obtenus et la valeur moyenne des adultes jeunes de même sexe (T-score) permet d’évaluer la perte de densité osseuse.

L’examen peut être réalisé au moment de la ménopause, pour permettre d’affiner le choix thérapeutique. Il sera très utile vers 60-65 ans, période où les risques sont importants, et bien sûr en cas de fracture suspecte.

Certaines anomalies radiologiques peuvent également amener à réaliser une densitométrie, de même que la mise en route d’une corticothérapie, qui accroît le risque d’ostéoporose.

Lors du suivi des traitements de l’ostéoporose, la mesure pourra être renouvelée tous les deux ans environ, les variations de densité étant relativement faibles. Elle sera également réalisée en fin de traitement, afin de disposer d’une valeur de référence.

Les autres examens

Des examens récemment apparus de mesure des marqueurs biochimiques du remodelage osseux permettent, en complément de la densitométrie, d’évaluer plus précisément les risques de fracture (prévention), ainsi que l’efficacité d’un traitement déjà mis en œuvre (les résultats sont évaluables plus rapidement).

Des examens biologiques complémentaires sont réalisés lors de la découverte d’une ostéoporose, afin de déterminer si elle n’est pas due à une autre maladie.
pixel vide
pixel vide

Les différents stades de l’ostéoporose :
ostéopénie : diminution anormale de la masse osseuse (T-score compris entre -1 et -2,5), sans symptômes apparents ;
ostéoporose sans fracture : T-score inférieur à -2,5 ;
ostéoporose sévère (dite également établie ou confirmée) : même T-score mais en présence d’au moins une fracture ostéoporotique.