Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> L'audition >> Le système auditif
pixel vide
Le système auditif

Le système auditif comprend l’appareil auditif à proprement parler, qui reçoit les sons (parole, musique, bruit) et les transforme en influx nerveux, mais aussi le nerf auditif et le cerveau qui a en charge le décryptage et l’interprétation de cet influx (compréhension de la parole, reconnaissance des sons familiers, plaisir de la musique…). La mémoire joue de ce fait un rôle important dans le processus d’audition.

Les sons

L’intensité des sons (niveau sonore) est exprimée en décibels (dB). Le seuil de perception est situé à 0 dB. Un lieu calme correspond à un niveau sonore de 30 dB, un environnement normal (parole) à environ 60 dB. La limite de nocivité des sons se situe aux alentours de 85-90 dB. Les sons forts nocifs (musique amplifiée, sports mécaniques, industrie) se situent entre 90 et 120 dB. Au-delà, on parle de sons exceptionnels : avions, fusées, explosions.

La fréquence des sons (du grave à l’aigu) est exprimée en Hertz (Hz). Les infrasons (fréquence inférieure à 16 Hz) et les ultrasons (très aigus) ne sont pas perçus par l’homme (mais le sont par exemple par les chiens). On distingue dans les fréquences audibles les graves (voyelles), les mediums et les aigus (consonnes sifflantes et chuintantes). La parole correspond à des fréquences plutôt aiguës : 100 Hz chez l’homme, 250 Hz chez la femme et l’enfant.

L‘appareil auditif

Il est composé de trois parties :

l’oreille externe (pavillon et conduit auditif jusqu’au tympan) collecte les sons et les achemine vers le tympan ; le tissu cutané du conduit contient les glandes qui sécrètent le cérumen.

l’oreille moyenne est à la fois une protection et un espace de transmission. Le tympan est une membrane qui vibre en fonction de l’onde sonore reçue de l’oreille externe. Très fragile, le tympan peut être perforé suite à un choc (gifle, vagues) ou des otites déclarées ou silencieuses ; il vibre moins, provoquant une baisse de l’audition. Une chaîne mobile composée de trois osselets (marteau, enclume et étrier) amplifie les ondes vibratoires et les transmet à l’oreille interne. Pour fonctionner convenablement, cette chaîne située dans une cavité osseuse doit être entourée d’air ; l’aération de la cavité est assurée par la trompe d’Eustache. En réaction à un bruit fort, le muscle de l’étrier se contracte et entrave en partie la transmission du bruit, protégeant ainsi l’oreille interne ; ce mécanisme est cependant insuffisant, d’où les dangers de l’exposition aux bruits forts (voir la rubrique sur Les facteurs de risque).

l’oreille interne, remplie d’un liquide qui transmet les vibrations, comprend le vestibule, organe de l’équilibre, et la cochlée, qui transforme les ondes vibratoires en signaux électriques acheminés vers le cerveau par le nerf auditif.

La cochlée

La cochlée a un double rôle d’amplification des vibrations et d’analyse des sons, les aiguillant vers des fibres nerveuses spécialisées. Elle est la partie la plus délicate du système auditif, et une source importante de problèmes auditifs.

Elle contient des cellules sensorielles ciliées qui aident à l'amplification et à la discrimination des sons perçus et transforment les vibrations en signaux électriques. Elles sont en nombre réduit : environ 15 000 cellules, contre plusieurs millions pour la vision ou l’odorat.

Ces cellules ne se renouvellent pas et sont fragiles : elles se détruisent sous l’effet de différents facteurs (vieillissement, maladie, bruit, médicaments toxiques pour l’oreille…). Chaque groupe de cellules ciliées ayant sa propre fonction (la perception d’un intervalle de fréquences déterminé), certains sons ne sont alors plus audibles : les cellules traitant les aigus étant dégradées les premières, la parole devient difficile à comprendre (problème d’analyse du son). La dégradation de l’audition qui en découle est en général irréversible.
pixel vide
pixel vide

La plupart des surdités sont dues à la destruction (définitive) des cellules sensorielles de la cochlée. Des recherches sont en cours afin de découvrir un mécanisme permettant de les régénérer, comme cela se produit chez certaines espèces (oiseaux).