Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Sexualité et vieillissement >> Les représentations de la vieillesse
pixel vide
Les représentations de la vieillesse

Positives ou négatives, les représentations du corps vieillissant et des changements qu’il subit (ménopause et andropause) dans la société à laquelle on appartient prennent une grande part dans la façon dont on va pouvoir vivre cette étape. Ainsi, certaines sociétés ne connaissent pas la ménopause comme source de difficultés, et la plupart nient l'existence de l'andropause, faisant porter la responsabilité des troubles de l'homme à sa partenaire.

Quelle image du corps qui vieillit ?

Un corps souffrant et rhumatisant qui s'achemine vers une fin désormais annoncée, un corps marqué douloureusement, ou bien un corps sublimé par les marques laissées par la vie ? Les traces que la vie laisse sur le corps qui vieillit annoncent pour certains leur mort prochaine ; pour d'autres, elles sont l'expression de la vie elle-même. Et pour beaucoup, l'essentiel est ailleurs, dans l'expression de ses idéaux et de ses valeurs : « Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l'âme » (Mac Arthur, cité par G. Teboul).

Quel choix de vieillesse ?

Une vieillesse active et liée au monde qui nous entoure, ou figée dans la peur de l'inéluctable ? De nouveaux objectifs, renouvelés par la maturité et par le temps libre, ou bien un déclin dans l'attente d'une fin annoncée ?

« Toute la vie pour vivre, toute la mort pour se reposer ». La période de la retraite peut être vue comme une opportunité à saisir, dégagée des contraintes professionnelles, de l’éducation des enfants, de la contraception. La vie sexuelle ‑ si on la souhaite – peut s’en trouver enrichie. Aucune fatalité biologique ne pèse sur elle : l’homme est différent de l’animal, c’est le psychisme qui commande aux hormones.

Vieillesse et sexualité

De nombreux obstacles psychologiques et sociaux peuvent entraver l’acceptation de la sexualité à cette période de la vie. Les conceptions natalistes lient étroitement sexualité et procréation, niant de ce fait toute vie sexuelle après la ménopause. Il est également courant, dans certaines sociétés, de refuser aux jeunes l’exercice de la sexualité, préalablement à un passage ritualisé à l’âge « adulte ». Des tendances machistes considérant la femme comme un objet sexuel devant se conformer à des normes de séduction (jeunesse, beauté) lui refusent également l’épanouissement après un certain âge (les hommes ne sont bien sûr pas concernés…).

Les tabous autour de l’évocation de la sexualité restent puissants, d’autant plus qu’il s’agit de la sexualité des seniors (ils interdisent d’ailleurs de fait une vie sexuelle dans les établissements d’accueil). Enfin, le manque d’information sur les changements effectifs et leur impact ne facilite pas une approche sereine de ces questions.
pixel vide
pixel vide