Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> L'andropause >> La prise en charge
pixel vide
La prise en charge

Au-delà des troubles de la vie quotidienne, la déficience en testostérone qui caractérise l’andropause peut provoquer une augmentation des graisses et du cholestérol, et donc des risques cardio-vasculaires.

Un traitement hormonal substitutif

Une prise en charge par un traitement hormonal substitutif par la testostérone est parfois proposée pour des effets favorables sur le système cardio-vasculaire : diminution du cholestérol total, maintien du « bon cholestérol », diminution des crises d’angine de poitrine, action sur les artères… Il réduirait également la graisse abdominale et viscérale, et augmenterait les masses musculaire et osseuse. Il améliorerait environ la moitié des troubles sexuels liés à l’andropause.

Le traitement consiste en injections d’androgènes toutes les deux à trois semaines, ou en administration par voie orale, par des patchs ou des gels. Les effets cessent avec l’arrêt du traitement.

Il convient cependant de rester prudent, en l'absence de certitudes sur les risques à moyen et long terme de ce type de traitement. Quelques inconvénients ont déjà été relevés : aggravation des apnées du sommeil, augmentation modérée de la taille de la prostate.

Les contre-indications

Une contre-indication avérée à ce traitement est le cancer de la prostate ; un dépistage est donc nécessaire avant de décider d’un traitement.

Un dosage des globules rouges doit également être effectué, leur production étant stimulée par le traitement et une concentration élevée dans le sang présentant des risques d’obturation des artères.
pixel vide
pixel vide