Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La ménopause >> Les bienfaits du traitement
pixel vide
Les bienfaits du traitement

Les effets à court terme

Il suffit d'un à trois mois d’utilisation pour que le THS supprime les bouffées de chaleur, redonne un sommeil normal, diminue les douleurs articulaires, supprime la fatigue, et calme les troubles de l’humeur comme l’irritabilité et les tendances dépressives.

En ce qui concerne les troubles génito-urinaires, en cas de sécheresse vaginale déjà installée, il faut trois mois de plus environ pour retrouver une lubrification normale du vagin, et obtenir la disparition des démangeaisons et irritations vulvaires. On constate également une diminution des infections urinaires.

A plus long terme, le THS a un effet positif pour la prévention des bouffées de chaleur, de l’ostéoporose, des risques cardio-vasculaires, de la dégénérescence de la peau, et de diverses maladies.

Prévention de l‘ostéoporose

Sous œstrogènes, la densité osseuse s'élève, l'os se recalcifie, la résorption se ralentit. Le gain en densité est franc pendant la première année (de 1,5 à 4 %), puis il décline pour se stabiliser. Plus le traitement est long (supérieur à 7 ans), plus faible sera le risque de fracture, les plus graves survenant à un âge avancé. Plus il est précoce, plus vite la perte osseuse sera freinée. On peut pourtant toujours commencer un traitement, même à 70 ans.

Prévention des risques cardio-vasculaires

Le THS améliore le bilan lipidique : il diminue le cholestérol total et augmente le « bon cholestérol ». Il a des effets directs sur les vaisseaux artériels : il améliore leur élasticité et augmente leur débit, et freine le dépôt des graisses sur leurs parois (athérosclérose). Il serait d’autant plus utile qu’il est administré précocement, avant l’apparition des plaques d’athérome.

Prévention du vieillissement cutané

L'épaisseur cutanée ne se modifie que très peu chez les femmes ménopausées sous THS ; elles présentent moins de rides et ont la peau moins sèche. Les œstrogènes, seuls ou en association avec certains progestatifs, ont un effet favorable sur la pilosité excessive et la chute de cheveux liés à la ménopause.

Prévention d‘autres maladies

D’autres bienfaits demandent encore à être prouvés par des études variées et fiables.

Les conséquences positives sur les troubles cognitifs (prévention des pertes de mémoire et de concentration, ainsi que de la maladie d’Alzheimer) ont été récemment remis en question.

On évoque un effet protecteur des œstrogènes vis-à-vis du cancer du côlon ou de la baisse de la vision : ils semblent retarder la survenue d’une affection courante et grave, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), qui entraîne une perte de la vision centrale de la rétine.
pixel vide
pixel vide