Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> Le vieillissement pathologique >> L'ostéoporose
pixel vide
L'ostéoporose

L’ostéoporose est une maladie générale du squelette, caractérisée par une diminution de la masse osseuse et une altération de la micro-architecture osseuse : les os deviennent « poreux », entraînant une augmentation de la fragilité des os et un accroissement des risques de fracture. Elle est souvent liée au vieillissement, et est devenue un problème majeur de santé publique, en raison de l’allongement de la durée de vie.

Elle touche particulièrement les femmes à partir de la ménopause : trois millions d’entre elles en sont atteintes en France ; 40 % des femmes subiront une fracture, touchant le col du fémur (19 %), les vertèbres (16 % ; on utilise souvent le terme de tassement) ou le poignet (14 %). Seuls 6 à 8 % des hommes seront victimes d’une fracture ostéoporotique.

Les dangers de l‘ostéoporose

Les conséquences de ces fractures sont lourdes : douleurs, dégradation de la qualité de vie, handicap, invalidité. L’impact des fractures du col du fémur peut être dramatique : risque de mortalité important (20 à 30 % de décès dans l’année qui suit) ; perte d’autonomie (50 % des patients doivent abandonner leur domicile).

Ces risques sont sous-estimés par le grand public, et l’ostéoporose est encore considérée comme une « maladie de l’âge » par 44 % des femmes de 40 à 75 ans (sondage Institut Louis Harris). En outre, il s’agit d’une maladie « silencieuse », c’est-à-dire sans symptômes perceptibles avant une fracture ; les tassements vertébraux, qui sont une forme de fracture, ne sont eux-mêmes pas forcément très douloureux.

Dépister et traiter à temps !

On comprend ainsi l’importance d’une bonne information concernant l’utilité des mesures de prévention, ainsi que l’intérêt d’un diagnostic réalisé avant la survenue des fractures, afin de mettre en place l'un des traitements disponibles : on estime qu’à l’heure actuelle moins d’un malade sur cinq serait traité !

Certains signaux d’alerte doivent vous amener à consulter votre médecin pour lui demander un dépistage de l’ostéoporose : une diminution de votre taille supérieure à 3 centimètres, ou une fracture survenue après 45 ans, sans un choc important qui aurait pu la causer, et quelle que soit sa localisation.

Mise à jour : mars 2006.
pixel vide
pixel vide
Les sous-rubriques
. D'où vient-elle ?
. Le diagnostic des médecins
. Les facteurs de risque
. La prévention de l'ostéoporose
. Les traitements
. Liens utiles
pixel vide

Un coût élevé pour la santé publique…
Les fractures du col du fémur ont été à l’origine de 72 700 séjours hospitaliers en France en 2003, d’une durée moyenne supérieure à 15 jours. Le coût annuel est estimé à 4 milliards de francs pour l’hospitalisation et la rééducation.
… et une prévention à améliorer
En France, contrairement à d’autres pays, les traitements contre l’ostéoporose ne sont pris en charge par la Sécurité sociale qu’après la première fracture. Quant à l’examen de dépistage, il est pris en charge à compter du 1er juillet 2006.