Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La mémoire >> Comment les médecins font-ils leur diagnostic ?
pixel vide
Comment les médecins font-ils leur diagnostic ?

Toute plainte importante doit alerter et pousser à demander un avis médical. Votre médecin cherchera à éliminer chacune des pathologies susceptibles d’entraîner des troubles de la mémoire (lire la rubrique sur L'oubli pathologique).

Il le fera en s’appuyant sur plusieurs éléments : il vous interrogera, vous examinera et pourra procéder à tous les examens complémentaires qu’il jugera utiles, de la simple prise de sang aux examens du type scanner ou IRM.

Depuis plusieurs années maintenant, ces éléments d’analyse permettant d’explorer un trouble de la mémoire ont été complétés par des batteries de tests validées à l’échelle internationale, explorant bien sûr tous les aspects de la mémoire, mais aussi d’autres capacités intellectuelles comme l’attention.

Ces tests sont dits « psychométriques » ; ils sont pratiqués généralement par des neuropsychologues, et permettant de distinguer plusieurs groupes à partir d’une population présentant une plainte mémoire :

• un groupe non déficitaire malgré des oublis fréquents et une plainte importante : il s’agit bien d’oubli bénin, et il suffit de continuer à entretenir sa mémoire.

• un groupe déficitaire à ces tests mais ne présentant pas de pathologie déclarée, et dont l’évolution doit être suivie. De nombreuses études ont en effet montré qu’une partie des personnes de ce groupe évolueront vers des pathologies du type démence, d’autres resteront simplement déficitaires sur le plan de la mémoire, d’autres enfin récupèreront tout ou partie de leurs capacités, soit spontanément, soit après des stages de stimulation cognitive.

Ce groupe présente ce que beaucoup de professionnels appellent maintenant un trouble cognitif léger (TCL, ou MCI pour Mild Cognitive Impairment), dont la déifnition a été enrichie par plusieurs médecins et chercheurs depuis les années 90, et dont les critères ont été résumés ainsi : 
- plainte mnésique, corroborée par l’entourage ;
- altération objective de la mémoire ;
- fonctionnement cognitif général normal ;
- activités de la vie quotidienne intactes ;
- absence de démence.

• un groupe déjà entré dans une démence de type Alzheimer.
pixel vide
pixel vide