Navigation dans le siteLien vers les pages de liens utilesLien vers les pages pour comprendre le vieillissementLien vers les pages d'actualitéLien vers les pages pour bien vieillirLien vers les pages de l'aide sociale, juridique et financiereLien vers les pages de présentation de l'IRIPS
pixel vide
fleche
pixel vide accueil >> Comprendre le vieillissement >> La mémoire >> Qu'est-ce que la mémoire ?
pixel vide
Qu'est-ce que la mémoire ?

La mémoire est une « fonction » à laquelle on attache à tout âge beaucoup d’importance. Ce que nous désignons sous le terme de mémoire correspond, en réalité, à des activités très diverses qui font intervenir des systèmes complexes.

La mémoire n’est pas une fonction isolée ou indépendante : tributaire de la motivation, de l’affectivité, de l’émotivité et de l’état d’inhibition, elle est en étroite relation avec la perception, l’attention, l’intelligence, l’imagination. Elle apparaît comme la résultante d’une série d’activités et d’aptitudes permettant un repérage dans le temps et l’espace.

Trois phases

La mémoire étant une fonction globale, permettant l’acquisition, la rétention et la restitution d’informations, le processus mnésique comporte trois phases :

la saisie de l’information : elle nécessite la mise en jeu d’activités sensorielles, perceptives et de l’attention. Elle se traduit par la persistance d’une activité neuronale dans l’aire corticale à laquelle aboutit un stimulus visuel, auditif, tactile ou d’une autre nature. La rémanence de ce stimulus sensoriel est d’une durée limitée et, à ce niveau, l’information n’est pas consolidée. Cette première phase correspond à la mémoire immédiate.

l’organisation de l’information saisie qui va se structurer et se fixer. Ce temps de consolidation appartient à la mémoire différée à court terme, plus vulnérable en prenant de l’âge. Elle correspond au traitement des informations au fur et à mesure de leur transfert vers les aires corticales concernées.

la consolidation des informations qui sont stockées et archivées dans le réservoir d’une mémoire différée à long terme. Il n’y aura plus qu’à les récupérer en mettant en œuvre des stratégies de rappel appropriées.

Mémoire visuelle ou auditive ?

Certaines personnes ont une très bonne mémoire visuelle, d’autres une très bonne mémoire verbale ou auditivo-verbale. Les souvenirs sont « rangés » dans la mémoire en fonction de la manière dont ils ont été enregistrés, parce que ce sont des zones différentes du cerveau qui « traitent » les différents types d’informations qu’il reçoit.

Ainsi, les sons sont initialement « décodés » dans les lobes temporaux du cerveau, alors que ce qui est vu est d’abord décodé dans les lobes occipitaux. Ensuite, tout le cerveau participe à la compréhension et à l’utilisation de l’information, qui deviendra un souvenir. Tout le monde n’a pas exactement la même mémoire.

On considère habituellement que la mémoire visuelle est meilleure que la mémoire auditive. En effet, l’être humain est caractérisé par le fait qu’il parle et qu’il a tendance à tout traduire dans le langage. Un évènement qui est vu est, le plus souvent, également « énoncé », traduit en mots. Il est donc enregistré de deux façons à la fois, ce qui est plus efficace et augmente ses chances d’être rappelé facilement. Il est intéressant de connaître les forces et les faiblesses de sa propre mémoire, afin de l’utiliser au mieux.
pixel vide
pixel vide